×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 229

Le Grand Dialogue du 14 Août 2014: Le médiateur de la république au Mali et le casse tête foncier

Aujourd'hui nous parlons du « Casse tête foncier ». Des émissaires du médiateur de la république du Bénin, sont en visite de travail au Mali, sur la gestion par le médiateur du Mali entre autre, des affaires foncières .
Selon un rapport remis au président de la république, le médiateur de la république prévoit la création d'une brigade foncière très prochainement au Mali.

4000 personnes ont manifesté en Avril dernier devant la bourse du travail à Bamako pour dénoncer les accaparement fonciers. Le phénomène touche, selon des ONG, près de 4 millions de personnes au Mali.

Le pays est, comme d'autres pays d'Afrique, touché par le phénomène des investissements fonciers à grande échelle, qualifiés par certains d'accaparements.
Selon des ONG, 4 millions de personnes au Mali sont concernées par les spoliations foncières. Dans la zone irriguée de l'Office du Niger, le gouvernement a provisoirement attribué près de 600 000 ha à des investisseurs, étrangers et nationaux. Face à cette situation les sociétés civiles maliennes tentent de s'organiser. C'est le cas de FIAN International. Cette organisation œuvre pour le droit à l'alimentation. Au Mali cette ONG s'est intéressée aux communautés paysannes de Sanamadougou, Saou, Sansanding et de sept villages de San qui ont perdu l'accès à la terre qu'ils cultivaient depuis des générations. Les expropriations dont elle

sont victimes sont liées au Projet Sucrier de Markala . La perte de l'accès à leurs terres met les paysans et leurs familles dans une situation d'insécurité alimentaire, car ils ne sont plus capables de cultiver pour se nourrir. Face à cette situation, les paysans sont obligés de louer des terres qui se trouvent loin de leurs villages (plus de 20 km à Sanamadougou,Saou, et plus de 40 km à San). De plus, ils sont obligés d'acheter des aliments sans pour autant disposer de moyens suffisants pour s'en procurer. Les activités de maraîchage sur des terres marginales ne suffisent pas pour compenser la perte de leurs champs. Toutes les communautés victimes d'accaparement de leurs terres sont victimes de malnutrition des enfants et des femmes enceintes.
Nous ferons le point de l'exemple Béninois, analyserons l'initiative malienne de l'espace d'interpellation démocratique en matière de foncier au Mali et les mesures répressives concernant le domaine dans le pays.
Nos invités :

  • Toungouh Zourkarméyni, chef de cabinet du médiateur de la république du Bénin;
  • Boubacar Tangara secrétaire général de l'association des sans voix;
  • Moussa Koné, Union des Associations pour la Défense des Démunis.

Ecoutez l' intégralité de l'émission Grand Dialogue :


Le Grand Dialogue: Télécharger